5 Types(1-2-3-4-5) au moins...et conférence pédago.

les Nouvelles Technologies Communication Information ....

Etudes Statistiques

téléchargement du programme du "KI2" (spécifications)

1/ APPRENTISSAGE

(du latin apprehendere "prendre", "saisir"). D: Lernen ; En : learning.

Acquisition d'une nouvelle conduite à la suite d'un entraînement particulier. L'apprentissage est un processus adaptatif grâce auquel l'individu fournit des réponses adéquates à certaines situations. C'est un montage complexe, qui ne se laisse réduire à aucun schéma unique. Il existe en effet des apprentissages sensori-moteurs (jouer du Piano, tirer à l'arc), conceptuels (découvrir des relations, des lois), verbaux (réciter des poèmes) ; des apprentissages par établissement de liens associatifs, par conditionnement, par essais et erreurs, par compréhension brusque (insight), par imprégnation, par imitation, etc. La notion d'apprentissage recouvre des domaines si divers et des phénomènes si variés qu'aucune théorie ne semble pouvoir en rendre compte totalement et de façon pleinement satisfaisante. Dans le foisonnement des systèmes (Ernest Hilgard en a retenu neuf principaux), nous pouvons distinguer les conceptions inspirées par les doctrines associationniste, béhavioriste et gestaltiste, par les théories du conditionnement, de l'information. celles de la médiation (C.E. Osgood) et de l'équilibration (J. Piaget).

Sommaire PAGE

2/ APPRENTISSAGE DES ATTITUDES PAR OBSERVATION

La psychologie du comportement définit l'attitude comme une habitude émotionnelle, et une réponse émotionnelle comme une réaction d'attitude. Selon la même théorie, la plupart des attitudes s'obtiennent par conditionnement, sous l'effet direct d'un stimulus. mais aussi par l'observation des conduites d'autres personnes dans des situations déterminées (l'observateur profite, en quelque sorte, de l'expérience d'autrui). On dit, dans ce cas, qu'il y a apprentissage d'attitudes par délégation ou "apprentissage vicariant" (cf. A. Bandura, 1965 ; S. M. Berger, 1962, R. De Charms et M. E. Rosenbaum, 1960) ; quand la réponse de l'observateur à un stimulus varie de la même manière que celle du modèle (ce qui est possible, quand il n'a pas fait lui-même l'expérience de la situation), on parle d'apprentissage par expérience déléguée. Nombre de travaux expérimentaux de l'école béhavioriste montrent que les réponses émotionnelles peuvent s'acquérir par délégation d'attitudes". Tout individu a l'occasion de faire des expériences agréables ou pénibles en compagnie d'autres membres de son espèce vivant les mêmes situations.

Sommaire PAGE

3/ APPRENTISSAGE PAR ESSAIS ET ERREURS

D: Lernen durch Versuch und Irrtum, Versuch-lrrturms-Lernen ; En : trial and error learning. Apprentissage par tâtonnement. L'expression "trial and error" fut utilisée primitivement par le philosophe écossais Alexander Bain (1818-1903) pour désigner la méthode d'apprentissage fondée sur l'association : les essais infructueux s'éliminent alors que les essais couronnés de succès se combinent entre eux, se renforcent mutuellement, favorisant ainsi l'apparition d'un nouveau comportement. En d'autres termes, nous dirions avec Alain qu'il faut "chercher et barbotter pour raisonner vraiment, car la vraie pensée ne naît jamais que d'erreurs surmontées". (Propos sur I'éducation.)

En psychologie animale, Conwy Lloyd Morgan (1852-1936) a repris ce concept pour expliquer la conduite des animaux, afin de ne pas avoir à postuler l'existence d'une faculté psychique supérieure chez ces derniers ("principe" ou "canon" de Morgan). A sa suite, Edward Lee Thorndike (1874-1949) parle d'apprentissage par "essais et succès accidentel" pour caractériser le comportement des animaux capables de se tirer de situations désagréables dans lesquelles ils avaient été placés.

Sommaire PAGE

4/ APPRENTISSAGE LATENT

(du latin latens, de latere, "être caché"). D:latentes Lernen ; En : latent learning. Apprentissage qui demeure invisible.Des expériences effectuées par plusieurs auteurs tels que K. S. Lashley (1918), H. C. Blodgett (1929), E. C. Tolman et C. H. Honzik (1930), B. Reynolds (1945), ont montré que le simple séjour d'un animal dans un labyrinthe (en l'absence de tout appât) permet ultérieurement au sujet de découvrir très rapidement le chemin au bout duquel se trouve de la nourriture. Cela s'explique par un certain ajustement émotionnel, mais surtout par l'exploration des lieux à laquelle se livre l'animal dès qu'il est placé dans un nouvel environnement. Dans la nature, cette connaissance est indispensable à l'individu qui doit organiser son monde phénoménal (Umwelt) et se repérer aisément dans les limites de son territoire.

Sommaire PAGE

5/ APRENTISSAGE PAR RETROACTION BIOLOGIQUE

ou biofeedback. D : Bio-Feedback ; En : biofeedback learning.

N. E. Miller et ses collaborateurs (1969) ont démontré l'existence, chez l'animal, d'un apprentissage instrumental par rétroaction biologique (biofeedback training), qui représente un "conditionnement opérant" comparable au conditionnement pavlovien classique. Un tel apprentissage s'obtient en "récompensant" un animal chaque fois qu'il modifie le fonctionnement d'un de ses viscères dans un sens déterminé. C'est ainsi que des rats et des chats ont appris, par exemple, à accélérer ou à ralentir leur rythme cardiaque. à augmenter ou à diminuer leur tension artérielle, à accroître ou à réduire leur sécrétion rénale ou leurs contractions intestinales, ou l'amplitude du rythme alpha de leur électroencéphalogramme. Chez l'homme, les résultats ont été beaucoup moins spectaculaires que chez l'animal, ce qui n'a pas empêché bien des médecins et des psychologues américains de chercher des applications médicales, psychosociales, voire politiques, à l'apprentissage instrumental viscéral et, plus particulièrement, à l'apprentissage au renforcement du rythme alpha.

"Extraits du dictionnaire de psychologie de Norbert SILLAMYéditions BORDAS"

Retour page accueil Sommaire PAGE

Apprendre à l'école avec les NTCI

Cette enquête porte sur 365 écoles et 1 458 enseignants - juin 1997 -

la pratique à travers des statistiques.....
 
 
MINIMUM
MAXIMUM
MOYENNE
NOMBRE d'Elèves PAR Ordinateur
148
43
75
NOMBRE D'ENSEIGNANTS UTILISANT L'INFORMATIQUE
13 %
54 %
22 %
NOMBRE D'ENSEIGNANTS VOLONTAIRES ATELIERS INFORMATIQUES
0.83 %
65 %
10 %

 

 Enquête nationale (DEP) Octobre 1993 - 24 % des écoles ont une salle informatique.

Dans cette enquête, il y a 1 ordinateur par école (1,15).

Aide dans divers apprentissages:

1) Cycle 1

  a) Audiovisuel : on utilise surtout le magnétoscope pour enregistrer des émissions de la 5ème chaîne et les exploiter avec les élèves dans le domaine de la langue et d'exercices de graphisme (50 % des écoles).

  b) Informatique : l'ordinateur est utilisé de façon ludique pour renforcer certaines notions de représentation et d'occupation de l'espace (reconnaissance de formes, de couleurs, de mots).

 2) Cycle 2

  a) Audiovisuel : les équipements sont utilisés principalement pour l'étude des langues ou pour visionner des bandes de vidéothèque dans les domaines de la langue et découverte du monde.

  b) Informatique : quelques activités en lecture, écriture et calcul.

 3) Cycle 3

  a) Audiovisuel : même utilisation qu'au cycle 2.

  b) Informatique : des activités en lecture, écriture (traitement de texte) et résolution de problèmes (tableur). Quelques écoles utilisent l'informatique soit pour la correspondance scolaire soit pour la création de journaux scolaires (Publication Assistée par Ordinateur).

 III - Principaux progiciels et / ou logiciels utilisés

 1) Progiciels

  a) Traitements de texte : TGV, Works, Word

  b) Tableurs : Works, Excel

 2) Logiciels

  a) Français et mathématiques : Adibou, Adi CP, Adi CM, Orthogram, Coup de pouce, Bureau magique, Lire, Euréka, ...

  b) Documentaires : Petit Robert, Atlas, Globe,...

  c) Sciences : le corps humain,...

  d) Musique : les instruments de musique,...

  e) Gestion d'école

Retour page accueil

 Sommaire PAGE

Nouveau: Apprendre avec les NTCI - Temps moyen d'apprentissage.

Spécifications programmes statistiques à télécharger

Programme du "KI2": calcule le "ki2" et donne la signification de la différence de 2 pourcentages.

Autres programmes (me contacter pour envoi dans votre E Mél)

téléchargement du programme du "KI2"

Statis: calcule moyenne, écart type, épreuve du t de student.

Corr: épreuve de corrélation

Plupour%: calcul du "ki2" pour plusieurs groupes et épreuve de signification.

Mulregre: régression multiple pour plusieurs groupes.

Tous ces programmes sont en Gwbasic, peuvent être compilés ou non (préciser si la source vous intéresse), fonctionnent sous dos et peuvent être lancés sous Win 3.1 ou Win95. Possibilité également de récupérer des listes de nombres dans EXEL ou tout autre tableur.

Pour en savoir plus sur les méthodes statistiques appliquées aux sciences humaines:

Site PEDAGOGIE EXPERIMENTALE

Pour acquérir les compétences minimales d'un chercheur en éducation.

M. CRAHAY. Avertissement. Ce livret ne prétend pas se substituer aux ouvrages...

http://www.ulg.ac.be/pedaexpe/palcmducee/CRAHAY.html - size 2K - 6-Sep-96 -

Sommaire PAGE

Retour page accueil